Accueil > Brèves > France : Les militants de Tarnac toujours sous enquête...

Version imprimable de cet article Version imprimable

France : Les militants de Tarnac toujours sous enquête...

samedi 23 octobre 2010

La cour d’appel de Paris a validé, ce vendredi 22 octobre, l’enquête visant dix personnes accusées de sabotage de lignes de TGV en novembre 2008 et d’avoir constitué à Tarnac un groupe d’"ultra gauche à visée terroriste".

La défense avait introduit plusieurs demandes d’annulation de l’instruction au vu de l’absence de charges et des soupçons de falsifications qui pèsent sur des pièces importantes du dossier. Une demande rejetée par la chambre de l’instruction.

Pour rappel, cette même chambre avait remis en liberté et allégé les contrôles judiciaires des suspects qui ont toujours nié fermement les accusations. Au cours de l’instruction, aucune preuve matérielle n’a pu être établie contre eux, malgré la surveillance serrée dont ils font l’objet depuis le premier semestre 2008. Par ailleurs, les avocats de la défense mettent en cause les méthodes douteuses voire illégales utilisées par la police lors de l’enquête :

- Vidéo-surveillance du domicile de Julien Coupat mise en place en août 2008, en dehors de tout cadre légal car non-validée par un juge d’instruction ;
- Mise sur écoutes téléphoniques des personnes gérant l’épicerie commune de Tarnac en août et octobre 2008, en toute illégalité également, le juge des libertés et de la détention ayant uniquement autorisé l’interception de mails ;
- Absence de reconstitution des faits, y compris en ce qui concerne la filature de Julien Coupat et de sa compagne, dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008, au moment des faits. Les avocats de la défense affirment que le procès-verbal de cette filature n’est pas authentique et réclament cette reconstitution pour démontrer l’invraisemblance de la version policière. Ils demandent également le relevé des horaires et des numéros de portables recensés par la borne relais du secteur afin de vérifier la version des enquêteurs.

Pour rappel également, les sabotages commis sur des lignes de TGV françaises dans la nuit du 8 au 9 novembre 2008 ont été revendiqués en Allemagne. Une lettre dactylographiée, postée de Hanovre, a été envoyée aux rédactions des quotidiens Berliner Zeitung et Tageszeitung dès le lendemain des faits. "Weil wir es satt haben" ("Parce que nous en avons marre"). Les auteurs de la lettre précisent : "Avec des incendies criminels et des crochets, nous avons exprimé, tôt ce matin, notre colère [...] à la mémoire de Sebastian", faisant sans doute référence à Sébastien Briat, un militant français écrasé en Lorraine par un convoi de déchets nucléaires, en 2004. Interpol a transmis ces informations aux enquêteurs français dès le 14 novembre 2008, alors que les suspects de Tarnac étaient placés en garde à vue. La piste n’a pas été creusée. Les autorités allemandes n’ont même pas jugé utile de répondre à la commission rogatoire internationale française.

Enfin, l’ex-témoin X de l’accusation, Jean-Hugues Bourgeois, est récemment revenu sur ses déclarations au sujet de Coupat, ce qui ôte tout crédit à son témoignage. La défense demande à la cour d’appel de lui imposer une audition, en leur présence.

Depuis le début, cette affaire sent le montage politique. Si l’accusation n’a aucune preuve matérielle à présenter contre les 10 de Tarnac, reste qu’il sera également difficile aux avocats de la défense de prouver qu’il y a eu falsification des pièces du dossier, surtout si les reconstitutions continuent d’être refusées.

L’affaire Tarnac en France, tout comme l’affaire Secours Rouge en Belgique, ont en commun la vacuité affligeante du dossier (si la liberté de personnes n’était pas en suspens, on en rirait franchement de bon coeur), des méthodes judiciaires et policières liberticides et anti-démocratiques et une volonté politique d’amalgamer gauche anti-capitaliste ("radicale", "ultra", "extrême"...) et violence, trouble, chaos.

Affaire à suivre.

Sources : Reuters, Rue 89, Le Monde, L’Express, 22/10/2010

A lire sur le sujet dans le JIM :

Plusieurs articles sur les lois liberticides, dites "anti-terroristes", dans le JIM n°1 consacré à la violence légale.

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0