Accueil > Brèves > Belgique, No Border : Manifestation de solidarité avec les sans-papiers (...)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Belgique, No Border : Manifestation de solidarité avec les sans-papiers (reportage photo et vidéo)

samedi 2 octobre 2010

Ce deux octobre un dispositif policier impressionnant encadrait à distance la manifestation du No border, en lutte contre les oppressions et militant spécifiquement pour les sans-papiers. Après les arrestations « préventives », et en fait arbitraires, du mercredi et l‘interdiction de la manifestation de la veille, la tactique policière consistait sans doute à ne pas trop se montrer. Cela n’empêchait pas la commune de Molenbeek, par où passait le cortège, d’être complètement bouclée le long du canal et aux alentours. La police craignait-elle la jonction entre les manifestants et les habitants d’un des quartiers les plus pauvres de Bruxelles ?


Une autopompe stationne devant l’administration communale de Molenbeek



La station de métro Ribeaucourt, fermée et encerclée de chevaux de frise


Constitué de plusieurs centaines de personnes, le cortège s’ébranlait néanmoins joyeusement, les clowns se chargeant de détendre l’ambiance.


Les clowns détendent l’atmosphère





Au-delà des individus et groupes anonymes, des sans-papiers également dans la masse, on notera la présence du Secours Rouge Belgique et de la CNT, anarcho-syndicaliste, essentiellement implantée en France.


Un drapeau CNT (ils étaient plus nombreux)



Les drapeaux du Secours Rouge


Arrivés au siège du capital belge, la Bourse de Bruxelles, les porteurs de banderoles se sont retrouvés sur les marches au son des sambas band et des slogans de solidarité.





Ensuite, direction vers la place de Brouckère, où une banderole du No border fut laborieusement mais victorieusement installée au-dessus de l’avenue.


Accrochage de la banderole, Bd Anspach


C’est peu après que la tolérance vis-à-vis des flics en civil n’a plus été de mise. Après une hésitation quant à la marche à suivre, un policier en civil a voulu intervenir. Il a tenté de donner quelques instructions par oreillette tout en enjoignant aux stewards de la STIB de veiller au maintien de la fermeture d’une station de métro. Mal lui en a pris, les événements récents restant en mémoire. Il a été promptement expulsé du cortège. Malgré cela, ils restaient nombreux dans la manifestation, qui en tenue reconnaissable, qui en baskets et pull à capuche.


Cerclé de rouge, un policier quitte rapidement le cortège, pressé par les manifestants



Des "civils" plus aisément reconnaissables



Et encore un !


La manifestation s’est ensuite dissoute vers 17h après une dernière salve de percussions.

Retenez donc bien la leçon : ces manifestants sont extrêmement dangereux !


[***]


Gérard Craan

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0