Accueil > Brèves > Belgique : Lettre ouverte de Luk Vervaet

Version imprimable de cet article Version imprimable

Belgique : Lettre ouverte de Luk Vervaet

mercredi 1er septembre 2010

Lettre ouverte au ministre de la Justice De Clerck

Je ne peux pas recommencer l’année scolaire comme enseignant de néerlandais
dans la prison de Saint-Gilles. Je vous écris par l’intermédiaire des
médias, parce que vous ne voulez pas me rencontrer, malgré l’injonction à le
faire du tribunal en référé, par deux fois au cours de l’année écoulée.

Vous et moi nous sommes rencontrés une seule fois. C’était en mai 2009
lorsque vous organisiez, avec votre collègue Didier Reynders, une journée
pour les travailleurs en prison, sous le nom « Prison make », à Bozar à
Bruxelles, dîner y compris. Vous désiriez nous faire connaître le Masterplan
pour la construction de nouvelles prisons. Vous vouliez d’ailleurs en
construire douze nouvelles, en fermer six et créer 2028 cellules
supplémentaires. Coût total : 300 millions d’euros.

J’avais lancé un appel à ne pas participer à cette journée et à organiser
plutôt une conférence sur une autre approche de la criminalité et de la
délinquance. Lorsque nous nous sommes croisés à l’entrée de Bozar, je vous
ai dit : « Un quart de la population bruxelloise vit sous le seuil de la
pauvreté. Bruxelles n’a pas besoin de nouvelles prisons, mais d’écoles,
d’hôpitaux et d’emplois ». Vous m’avez aussitôt répondu : « On y travaille,
mais ce n’est pas de ma compétence. J’ai la responsabilité de trouver une
solution à la surpopulation carcérale et à l’état archaïque de nos
prisons ».

Quand je vous ai proposé : “Je peux vous fournir immédiatement une liste de
500 prisonniers qui pourraient être directement libérés selon les directeurs
de prison », vous m’avez répondu : « Ah oui ? Cela m’intéresse. Envoyez-moi
cette liste … » . Nous n’avons hélas pas pu poursuivre notre discussion. Il
n’en reste qu’une petite vidéo sur Youtube.

Je me suis alors demandé ce qu’il restait de vos prises de position de
1996. A l’époque, vous aviez publié un texte intitulé « Politique de peines
et de prison » qui fut considéré comme un renouveau de la politique
pénitentiaire. Vous y plaidiez encore pour des peines alternatives au lieu
de l’incarcération et vous vous attaquiez à l’inefficacité de la prison en
matière de récidive.

Avec le recul, je constate que je ne vous ai rien dit d’autre le jour de
“Prison make” que ce que vous pouvez lire un an plus tard dans le rapport du
Comité pour la Prévention de la Torture du Conseil de l’Europe (CPT) : “Le
Comité de Prévention de la Torture tient à souligner que l’augmentation des
capacités carcérales ne peut pas résoudre en soi le problème de la
surpopulation. Dans de nombreux pays – Belgique comprise – on constate que
la population carcérale augmente au fur et à mesure de l’augmentation des
capacités carcérales » (rapport, page 35).

Mais soit.

Trois mois après notre rencontre, Monsieur Meurisse, votre directeur
fédéral des prisons, m’a interdit l’accès à toutes les prisons de Belgique.
Pour des « raisons de sécurité ». Je n’ai pas pu à l’époque prendre
connaissance de ces « raisons » car il s’agissait de la « sécurité
nationale, de la défense nationale et de l’ordre public ». Rien que ça. Mes
avocats eux-mêmes n’ont pas eu accès à mon dossier personnel. Il y aurait de
quoi en rire si je n’ avais pas perdu mon travail comme enseignant en prison
tout comme la possibilité d’y visiter des détenus.

Vous avez choisi de couvrir cet interdit professionnel devant la commission
de la Justice du Parlement. Le 6 octobre, vous y déclariez, en réponse à une
interpellation de la députée Ecolo Zoé Genot : « La décision de
l’interdiction d’accès est une décision bien pesée qui a fait l’objet d’un
examen approfondi de l’ensemble du dossier. Une telle mesure est
exceptionnelle et n’est prise que sur base de raisons sérieuses. L’exclusion
pour raisons de sécurité est prise sur base d’une appréciation du dossier
global de la personne et ces raisons suffisent en soi pour justifier une
exclusion ».

Vous percevez quand même qu’une telle déclaration est digne d’un État
policier ? Comme Rik van Cauwelaert l’écrivait dans Knack : « L’interdit
professionnel contre Luk Vervaet, exprimé sur base d’éléments tenus secrets,
revient à un règlement de compte en bonne et due forme et au vol du travail
d’un homme qui n’a pas caché ces dernières années les conditions inhumaines
qu’il constatait dans les prisons belges… Seuls des États voyous se
retranchent encore derrière la raison d’État pour imposer le silence à ceux
qui pensent autrement ».

Si vous tenez réellement à évaluer l’ensemble de mon dossier, vous devez
également savoir que mon travail professionnel comme enseignant était
irréprochable. Il ne reste dès lors que le rapport de la Sûreté d’État, qui
nous est enfin parvenu grâce à une fuite. En bref, ce rapport dit que « Luk
Vervaet est membre du CLEA (Comité pour la Liberté d’Expression et d’Action)
et co-fondateur du parti Égalité. Il est anti-israëlien et pro-palestinien.
Il est un opposant à la législation antiterroriste et un défenseur de ceux
qui en sont victimes ».

Plus précisément, la Sûreté d’État me reproche d’avoir défendu le
« terroriste » Bahar Kimyongür et de m’être opposé aux conditions de
détention et à l’extradition de Nizar Trabelsi vers les Etats-Unis. Mais si
vous tenez à une « évaluation profonde et précise », vous devez savoir que
le « terroriste » Kimyongür a été depuis blanchi par la justice de toute
accusation.

Il ne vous aura en outre pas échappé que le CPT, dans les pages 42 à 44 de
son rapport, s’en prend à Hans Meurisse, le chef des prisons, parce qu’il
enferme des personnes condamnées pour terrorisme dans des sections spéciales
d’isolement qui ne sont absolument pas conçues pour elles : « Il y a 18 mois,
des unités spéciales ont été créées (à Bruges et à Lantin) pour le
traitement de détenus qui présentent des signes d’une agressivité extrême.
Il faut constater qu’on s’est ici tout à fait éloigné de l’objectif. Des
huit détenus de cette section à Bruges, seuls trois répondent aux critères,
et sur les neuf de Lantin, trois seulement y répondent également ».

Il y a donc dans vos unités spéciales une majorité d’internés et de
prisonniers présentant « un risque élevé pour la sécurité » (dont des
condamnés pour terrorisme) qui ne répondent pas aux critères. Un état de
fait que je dénonce depuis des mois. Le CPT vous enjoint à « mettre fin
immédiatement à leur placement dans ces unités spéciales ». Le Comité
européen pour la prévention de la torture est-il autorisé à dire ce qu’il
veut, puisque vous ne pouvez pas l’en empêcher, alors que vous pouvez
imposez le silence aux gens du terrain qui portent les mêmes accusations ?

Il semble que les prisons en Belgique appartiennent au domaine militaire :
pas d’yeux indiscrets, pas de critiques, pas de questions. La politique
carcérale de Monsieur Meurisse n’est pas une politique, mais une gestion
obsessionnelle du risque : le risque d’évasions, le risque de récidive.
J’affirme que tant que les prisons échapperont au contrôle social et au
débat, les autorités continueront à encourager l’insécurité qu’elles
prétendent combattre.

Si les autorités pénitentiaires et vous-même étiez réellement préoccupés de
la sécurité, vous me rendriez mon travail et me laisseriez faire mon boulot
d’enseignant en prison. La recommandation 1741 du Conseil de l’Europe sur la
réinsertion des prisonniers stipule : « Le droit à l’éducation est un droit
humain fondamental. C’est pourquoi les autorités pénitentiaires doivent
prendre les mesures adaptées à l’éducation des détenus ».

Il ne s’agit donc pas seulement de sécurité, mais également d’obligation à
l’éducation. Et pour ce qui est de la sécurité, cela signifie avant tout
investir dans la création de chances et de possibilités pour des gens qui
n’en ont pas eu, ou trop peu.

Il suffit de jeter un oeil sur la petite liste qui prouve que
l’enseignement dans les prisons belges est une farce. Une étude montre que
75% de la population carcérale est originaire d’une famille dont le père est
ouvrier, chômeur ou inconnu. 45% des détenus n’ont qu’un diplôme de
l’enseignement primaire. 30% n’ ont absolument aucun diplôme. Et c’est à ce
cela que sont confrontés les assistants et les enseignants en prison.

La Communauté française dispose de 55 forces à temps plein pour l’aide à
5000 détenus. Si tous les assistants et les enseignants arrivent à atteindre
10% des détenus dans ce pays, ce serait bien compté. Il existe une masse de
demandes de formation et d’enseignement qui ne peut être satisfaite parce
qu’il n’y a pas assez d’enseignants et de locaux pour la classe.

Je conclus cette lettre en vous demandant encore une fois de m’entendre et
de m’accorder un entretien. Sinon il ne me restera plus que la possibilité
de m’adresser au Conseil d’État et à la Cour européenne des Droits de
l’Homme.

Avec toute ma considération,

Luk Vervaet

Voir en ligne : http://lukvervaet.blogspot.com/

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0