Accueil > Brèves > Belgique : des riches de plus en plus riches

Version imprimable de cet article Version imprimable

Belgique : des riches de plus en plus riches

jeudi 8 avril 2010

En moins de vingt ans, de 1990 à 2007, les inégalités de revenus après impôts ont augmenté de près de 25 % en Belgique.

Le constat est implacable. Les inégalités de revenus se creusent. C’est la commune de Lasne (devant Rhode-Saint-Genèse et Kraainem) et l’arrondissement d’Arlon (devant Bruxelles, Nivelles et Virton) qui enregistrent les écarts les plus marqués entre haut et bas revenus.

Les écarts entre hauts et bas revenus ont plus augmenté à Bruxelles et en Wallonie qu’en Flandre.

Pourtant l’impôt est censé jouer un rôle redistributeur : les plus riches paient plus d’impôts, les plus pauvres, moins. Après analyse, c’est donc l’inverse qui se produit. En Belgique le principe du "bouclier fiscal", soit un maximum de 50% imposable aux plus riches existait bien avant les péripéties françaises. En 2008, le gouvernement belge lançait une nouvelle proposition de réforme fiscale visant, encore une fois, à en faire bénéficier les plus riches.

Le coefficient de Gini, utilisé pour cette analyse des écarts de richesse n’a pas pour objectif de mesurer l’état de richesse ou de pauvreté d’une population, mais bien l’ampleur des différences que l’on y décèle.

Le coefficient « 1 » incarne l’inégalité absolue (une seule personne possède toutes les richesses). le coefficient "0" indique que tous ont le même revenu. En 2007, la Belgique affichait un coefficient de 0,31 contre 0,24, il y a 17 ans. On a donc assisté à une augmentation des inégalités de revenus avant impôt de 27 %. Avant et après impôt, les riches gagnent des deux manières.

Sources : Le Soir du 07 avril et le site www.frerealbert.be

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0