Accueil > Brèves > Belgique (Bruxelles) : 250 personnes contre les violences policières

Version imprimable de cet article Version imprimable

Belgique (Bruxelles) : 250 personnes contre les violences policières

lundi 16 mai 2011

Quelque 250 personnes se sont rassemblées ce lundi midi pour protester contre les violences policières. Fait étonnant, l’appel à manifestation émanait de la Ligue des Droits de l’Homme, symbole de la gravité de la situation. Parmi les manifestants, on dénombrait une représentation d’Ecolo et de la Ligue Communiste Révolutionnaire.

Le représentant de la Ligue des Droits de l’Homme a évoqué l’augmentation de l’impunité dont jouissent les forces de police. Il a appelé la police à se "débarrasser de son détestable esprit de corps", tandis que Zoé Génot, députée Ecolo, dénonçait l’absence de réaction, sans surprise, de la Ministre de l’Intérieur, Annemie Turtelboom (Open VLD) [1]. La réponse ne viendra certainement pas du gouvernement.

Le représentant de la Ligue des Droits de l’Homme a également rappelé les violences policières lors du No Border camp [2]. Et, plus récemment, le matraquage d’un manifestant se rendant à un festival de solidarité avec les sans papiers, le Steenrock [3]. Celui-ci a frappé au visage, à plusieurs reprises par un policier armé d’une matraque téléscopique. Sa mâchoire a été fracturée et il a perdu plusieurs dents. Lors du rassemblement, Ricardo était présent. Il a déposé plainte.

Ricardo témoigne

Des manifestants ont également appelé à ce que l’on n’en reste pas là et qu’un soutien, notamment financier, se mette en place pour Ricardo qui devra encore subir de coûteuses opérations.

Oscar Flores, représentant de la Coordination contre les rafles, les expulsions et pour la Régularisation également pris la parole.

Finalement bien policé par rapport aux fréquentes exactions de la police, il reste à espérer que ce rassemblement ne soit qu’une étape vers une coordination militante de réaction efficace aux violences policières. Lesquelles font partie intégrante du système répressif et ne constituent pas une somme de bavures ou de "dérapages" (lire par ailleurs : La longueur de laisse détermine la liberté d’action du policier).

Sources :
JIM

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0