Accueil > Brèves > Palestine : Début des commémorations de la Nakba

Version imprimable de cet article Version imprimable

Palestine : Début des commémorations de la Nakba

vendredi 13 mai 2011

Les Palestiniens commémorent la Nakba, ou "la grande catastrophe", survenue à la création d’Israël en mai 1948 et qui a entraîné leur exode,
ce dimanche 15 mai. Mais les populations ont commencé à manifester dès ce vendredi.

Des manifestations ont eu lieu à Jérusalem-Est, en Cisjordanie, et des
rassemblements de solidarité en Jordanie et en Egypte.
Au moins une dizaine de Palestiniens, dont un adolescent de 16 ans, ont été blessés suite à des représailles de la police israélienne.

Une source hospitalière palestinienne a fait état d’une trentaine de blessés
dans les incidents qui ont éclaté après la prière musulmane du vendredi, dans les quartiers entourant la Vieille ville, ainsi que dans le camp de réfugiés de Chouafat.

Selon la, police israélienne, 34 personnes ont été arrêtées, et "aucun tir à balles réelles n’est intervenu".

A Hébron, 500 militants et sympathisants du Hamas ont défilé dans le secteur autonome de la ville.

Dans la Jordanie voisine, qui accueille le plus grand nombre de
réfugiés palestiniens, des milliers de personnes ont manifesté à Karameh, dans la vallée du Jourdain, en faveur du "droit au retour" des réfugiés, ainsi que plusieurs centaines dans la capitale Amman.

En Egypte, les autorités ont fermé l’accès à la péninsule du Sinaï,
frontalière de la bande de Gaza, ne laissant passer que les résidents de cette région, pour empêcher une marche devant rallier Le Caire au territoire palestinien.

La "Nakba" s’est traduite par l’exode de quelque 760.000 Palestiniens. Actuellement, le nombre de Palestiniens réfugiés est estimé à 4,8 millions
avec leurs descendants, répartis pour l’essentiel entre la Jordanie, la Syrie,
le Liban et les territoires palestiniens.

La résolution 194 de l’ONU dispose que "les réfugiés qui désirent rentrer
dans leurs foyers et vivre en paix avec leurs voisins devraient y être
autorisés le plus vite possible".

Tous les gouvernements israéliens se sont opposés à l’application du droit
au retour, au nom du caractère juif de l’Etat.

Avec AFP

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0