Accueil > Brèves > Belgique, Hollande : L’Etat Belge prévoit 150 cellules supplémentaires à (...)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Belgique, Hollande : L’Etat Belge prévoit 150 cellules supplémentaires à Tilburg

samedi 20 novembre 2010

Louant déjà 500 cellules aux Pays-Bas, le Ministre De Clerck (CD&V) a maintenant décidé d’augmenter le nombre de détenus qui seraient expatriés chez nos voisins hollandais. Raison invoquée ? L’augmentation de la population carcérale. Rien d’étonnant à cela : l’accroissement du nombre de places en prison ne résout en rien la surpopulation, comme le rappelle le CPT (comité de prévention contre la torture et les traitements inhumains et dégradants du Conseil de l’Europe) et le Commissaire européen aux Droits de l’Homme Thomas Hammarberg. Le fait de construire de nouvelles prisons n’est pas susceptible, en soi, de résoudre durablement le problème de la surpopulation. En effet, il a été observé dans nombre de pays - y compris en Belgique - que la population carcérale a tendance à augmenter au fur et à mesure que la capacité carcérale s’accroît [1] . Par contre, le fait d’adopter des politiques résolues et cohérentes de limitation du nombre de personnes en détention apparaît comme beaucoup plus efficace en terme de réduction de la surpopulation. Cette constatation avait déjà été soulignée dans les précédents rapports du CPT.

Et pourtant, pas de mystère, pour réduire le nombre de détenus, qui atteindra 11.000 reclus d’ici la fin de l’année 2010 [2] , quatre pistes :
 - diminuer la pratique de la détention préventive
 - réduire les durées de peines
 - faciliter l’accès à la libération conditionnelle
 - permettre aux internés de sortir plus rapidement de prison.

En bref, en 25 ans, le nombre de détention préventive à été multiplié par 2,5 tandis que sa durée a doublé. La population des condamnés a elle aussi doublé alors que le séjour en prison a été multiplié par deux en 15 ans. Depuis les affaires Bougard et Muselle (assassins de Marc et Corinne) et Dutroux, il est de plus en plus difficile d’obtenir une libération conditionnelle [3]. Quant aux internés, leur population en prison a augmenté de 70% en 10 ans [4].

En conclusion, la population carcérale a augmenté de 80% de 1980 à nos jours [5].

Si la construction des nouvelles prisons est estimée à un milliard d’euros, la location de la prison de Tilburg, pour 500 détenus, coûtera 90 millions d’euros à l’Etat belge sur trois ans. Pourquoi ne pas investir ces moyens dans les alternatives à la détention ou à la punition ou, dans le pire des cas, dans la formation en prison ?

Rappelons encore que, malgré les dires du Ministre De Clerck, les détenus envoyés à Tilburg sont tant francophones que néerlandophones, ils ne sont pas volontaires et bénéficiaient parfois, en Belgique, d’un travail, d’un suivi thérapeutique, ainsi que de formations.

N’oublions pas non plus l’extrême difficulté pour les familles, les proches et les enfants de se rendre à Tilburg pour visiter la personne détenue qui leur est chère.

On sait pourtant que le travail, la formation, le suivi thérapeutique et les relations familiales sont les meilleures gages d’une réinsertion réussie.

Fifi Brindacier

Notes

[1Comité de prévention contre la Torture et les traitements inhumains et dégradants du Conseil de l’Europe, Rapport au Gouvernement de la Belgique relatif à la visite effectuée en Belgique par le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) du 28 septembre au 7 octobre 2009, Strasbourg, 23 juillet 2010, p. 35.

[2Le Soir, Record battu : 10.880 détenus en Belgique, 05/11/2010. Lire également notre brève, Belgique : encore et toujours plus de taulards.

[4Direction Générale des Établissements Pénitentiaires, Rapport annuel, 2008.

[5Direction Générale des Établissements Pénitentiaires, Rapport annuel, 2000 et 2009.

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0