Accueil > Numéros > Numéro 0 > "Z", un film à revoir

Sur le soulèvement populaire en Grèce

"Z", un film à revoir

jeudi 20 août 2009, par Gérard Craan (Date de rédaction antérieure : 12 mai 2009).

"On prévient l’apparition du mildiou en pulvérisant sur les vignes une préparation à base de sulfate de cuivre".

C’est la première phrase de "Z", du réalisateur d’origine grecque Costa-Gavras. Prononcée par un expert agronome, elle est reprise par le chef de la police, évoquant le mildiou "idéologique" et les oppositions multiples au pouvoir grec. Tel le risque de "contagion" évoqué par le gouvernement de Karamanlis, toute protestation était déjà une maladie. Et son infirmière attitrée, la maréchaussée.

Z nous démontre comment une réunion organisée par un mouvement pacifiste est sciemment perturbée par les auxiliaires d’extrême-droite de la police. Comment les représentants du mouvement sont suivis pour "leur propre sécurité". Comment les forces de l’ordre sont curieusement passives lorsqu’un député progressiste (Yves Montand), est molesté et finalement assassiné. Comment les manifestations de solidarité composées d’étudiants, de travailleurs, de quidams seront réprimées et attribuées, c’est évident, à des agents provocateurs de l’extérieur.

Un "petit juge", interprété par Jean-Louis Trintignant mènera l’instruction. Malgré les entraves de sa hiérarchie, les faux témoignages, les protections, il aboutira à l’inculpation des exécutants et des officiers de la gendarmerie. Si de procès il fut question, de condamnation des officiers, point. Seuls les exécutants furent condamnés à des peines mineures. "Le gouvernement va sauter, les extrémistes vont être balayés, les élections ça va être un raz de marée" s’exclame alors un député membre du mouvement oeuvrant pour le désarmement nucléaire. Ses prédictions se réalisent, l’exécutif démissionne, le pouvoir en place perd les élections suite à la pression du mouvement populaire. Le film en termine là, peu avant la naissance de la Dictature des Colonels en Grèce, instaurée en 1967. La révolte en Grèce en atteste : cette période n’a jamais été oubliée.

Gérard Craan

Voir en ligne : « Ces jours sont aussi les nôtres »

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0