Accueil > Numéros > Numéro 14 - Hors la loi ! > « Solutions locales pour un désordre global »

« Solutions locales pour un désordre global »

Documentaire de Coline Serreau

samedi 30 octobre 2010, par Eponine Cynidès

Le documentaire montre comment la marchandisation du vivant et, en particulier, des semences a entraîné une nette réduction de la biodiversité ainsi qu’une perte croissante de la souveraineté alimentaire de tout un chacun. Les fausses vérités sur lesquelles se base l’agriculture industrielle et la destruction des sols qui en résulte sont longuement détaillées. Le film fait également la part belle à plusieurs initiatives, un peu partout dans le monde, de rétablissement de l’agriculture biologique et traditionnelle et de lutte contre la mainmise des multinationales sur le vivant.

Ce film passe pour le moment à l’Actor’s studio, tous les jours à 15h25

Conséquences de la marchandisation du vivant

En une trentaine d’années, quelques multinationales [1] ont procédé au rachat de la majorité des semenciers. Beaucoup de semences originelles ont été remplacées par des hybrides F1 (qui sont des semences soit stériles, soit dégénérescentes car elles proviennent d’un croisement entre deux lignées différentes) [2]. Ces hybrides ont le sérieux désavantage de nécessiter des quantités considérables de fertilisants, de pesticides et d’eau [3]. Ces espèces croisées représentent une part significative de la totalité de certaines espèces commercialisées [4] et continuent à gagner du terrain au sein des autres espèces. Cette progression est d’autant plus inquiétante qu’il est interdit, en France, de commercialiser d’autres variétés que celles reprises dans un catalogue de référence [5].

D’une part, cette situation rend les agriculteurs (et, a fortiori, l’ensemble de la chaîne alimentaire) dépendants des multinationales qui ont procédé, de fait, à une confiscation des semences, élément de base de l’agriculture [6]. D’autre part, les contraintes liées à ces hybrides en terme d’irrigation, de fertilisants et de pesticides, outre leur nocivité pour l’environnement, rendent l’agriculture intrinsèquement déficitaire, ce qui a donné lieu au système souvent décrié des subventions. Sans compter que l’agriculture chimique est basée sur le pétrole [7], ce qui la rend très sensible à ses hausses de prix.

Coline Serreau a recueilli des témoignages et analyses d’agriculteurs et spécialistes de la question aux quatre coins du monde. En tous ces endroits, le même constat est fait : on assiste à une réduction drastique de la biodiversité depuis que depuis que le vivant est devenu une marchandise.

Destruction de la vie des sols

Les techniques exigées par ces hybrides polluent les aliments et détruisent la microbiologie des sols alors que la fertilité de ces derniers est déjà réduite par la généralisation des monocultures et l’agriculture intensive. Et, de fait, on assiste à une baisse de l’activité biologique des sols soumis à l’agriculture industrielle au niveau mondial [8].

Le film s’attarde sur les micro-organismes présents dans le sol ; cette vie microscopique naturelle possède, en effet, un rôle capital ; elle l’aère et sert aux microbes et aux racines qui ne peuvent pousser naturellement que dans un sol aéré. Cette ventilation du sol prévient également l’érosion, maintient les sols perméables et, par là, permet l’approvisionnement des nappes phréatiques.

Les insecticides tuent la vie du sol. C’est pourquoi, sur des terres soumises à ces produits chimiques, les cultures seront conditionnées à l’utilisation d’engrais artificiels. Ces fonctions capitales des micro-organismes expliquent que la qualité des terres cultivables se mesure en fonction de leur présence et de leur quantité.

Mythes de l’agriculture industrielle

Coline Serreau s’attaque à quelques mythes bien enracinés en matière agricole. De nos jours, dans l’agriculture industrielle intensive, « On ne nourrit plus les sols, on nourrit les plantes ». C’est toute une manière de considérer l’agriculture qui est à revoir ; les lois actuelles qui règnent dans l’agriculture dominante rendent les terres de plus en plus inexploitables et stériles. Parmi ces pratiques mortifères, le film pointe essentiellement le labour, le caractère indispensable des engrais chimiques ainsi que la séparation des cultures, de l’élevage et des forêts.

Le labour

« Quand on travaille la terre profondément, on la tue. Le labour est un mythe. Lorsque la terre est lissée, l’air ne peut y pénétrer et cela favorise l’érosion. La terre doit être grumeleuse » [9]. Contrairement aux pratiques systématiques de l’agriculture industrielle, le film nous apprend que le labour est mauvais pour la terre. Tous les intervenants le condamnent, seul un labour superficiel de la couche supérieure de la terre est bénéfique et n’attaque pas les micro-organismes. Le labour comme il a cours dans l’agriculture industrielle rend les sols compacts, les dessèche et les rend inaptes à accueillir des cultures sans aide artificielle.

L’écosystème

Contrairement à la séparation qui est de mise dans l’agriculture industrielle, les intervenants et les différentes initiatives présentées dans le film insistent sur l’importance de conserver l’agriculture, l’élevage et la sylviculture ensemble. Ces secteurs d’activités sont, en effet, complémentaires ; les racines des arbres permettent l’infiltration de l’eau dans le sol tandis que les feuilles des arbres ainsi que le fumier et le lisier font office d’engrais naturels. En appliquant cet équilibre, on obtient un sol fertile.

Les engrais

La nature possède suffisamment de ressources pour nous permettre de créer des engrais et pesticides naturels [10]. Plusieurs personnes et organisations présentées dans le film en témoignent. Et la nature n’a pas attendu l’intervention de l’homme pour pousser... En outre, il existe des techniques naturelles pour stimuler les sols très pauvres (en plantant simplement des arbres, des haies qui vont nourrir le sol) et le composte biologique est même tout à fait apte à fertiliser des terres arides comme le montre l’activité de Pierre Rabhi [11] au Burkina Faso. Le film insiste également sur la nécessité de protection des sols de cultures [12].

Plusieurs initiatives présentées le confirment ; tant en Inde qu’en Ukraine ou en France, les méthodes traditionnelles et écologiques donnent des résultats au moins aussi bons en termes de rentabilité que l’agriculture industrielle et ce, sans nuire au sol. Ces initiatives montrent également que l’agriculture biologique peut se pratiquer à grande échelle, avec une rentabilité similaire à celle de l’agriculture industrielle.

Nourrir la planète ?

« Plus on produit de marchandises, plus il y a de gens affamés » [13]. L’agriculture intensive industrielle et la révolution verte, censées supprimer la faim dans le monde n’ont pas fait disparaître la famine [14].
La révolution verte a détruit la petite agriculture [15] et a eu des conséquences sociales désastreuses [16]. Le film insiste aussi sur le taux élevé de suicides des agriculteurs dont la méthode est particulièrement symbolique (beaucoup se donnent la mort en avalant un bidon de pesticides).

Plusieurs intervenants reviennent également sur l’origine des pesticides et engrais utilisés dans l’agriculture ; ce sont des armes chimiques utilisées lors de la première guerre mondiale (gaz moutarde et nitrates d’explosifs) qui ont été transformés pour être utilisés dans l’agriculture…
Dans l’intérêt de la population ou de l’industrie ?

Les évolutions actuelles de l’agriculture ne vont pas non plus dans le sens d’un souci nourricier envers la population. Les biocarburants sont emblématiques de cet état de fait ; à l’heure où un milliard d’êtres humains souffrent de malnutrition, des champs sont réquisitionnés pour produire un nouveau type de carburant. Non seulement, on fait passer les carburants avant les personnes [17] mais ce type de cultures est très néfaste pour l’environnement [18], ce qui, sur le long terme, amputera encore plus l’apport nourricier de la planète.
Simultanément, « on cherche à produire génétiquement les résultats qu’on avait naturellement » ; les OGM et les brevets qui y sont liés sont « le cheval de Troie de ceux qui veulent s’approprier le patrimoine génétique de la planète ». Les OGM sont des plantes à pesticides, elles ont été conçues pour tolérer les pesticides ou les intégrer. Ce qui souligne la vision de l’agriculture de leurs concepteurs...
C’est pourtant après avoir constaté des plaies et blessures ainsi que des maladies de leurs travailleurs dues aux produits chimiques et leurs effets sur la nature que les intervenants du film ont décidé de se tourner vers l’agriculture biologique [19].

Initiatives de résistance

En plus de ces exemples mondiaux d’agriculteurs qui en reviennent avec succès à l’agriculture traditionnelle, le film passe également en revue des initiatives de résistance face à cette confiscation du vivant en France, en Inde, au Brésil, …

Le film revient d’abord sur certains épisodes de la révolte des Sans Terre au Brésil [20] et sur l’époque très violente des actions d’occupation des terres qui s’est soldée par de nombreuses arrestations et cas de torture. Le Mouvement sans terre n’utilise pas de produits chimiques et se bat principalement pour la démocratisation de l’accès à la terre et la production d’aliments.

Coline Serreau présente également plusieurs initiatives de distribution gratuite et échange de semences (issues de l’agriculture biologique et paysanne) de par le monde. En Inde, Vandana Shiva [21], lauréate du prix Nobel alternatif de la paix [22], a créé Navdanya [23], un réseau de gardiennes de semences qui englobe, notamment, 400 variétés de riz [24]. Ces semences sont distribuées gratuitement ; ensuite, à la récolte, soit l’agriculteur les rend, soit il les distribue à d’autres. L’association française Kokopelli [25] est également active dans la distribution gratuite de semences en Inde et possède des antennes dans nombre de régions du monde [26]. En France, également, un conservatoire de graines anciennes a été créé par Philippe Desbrosses [27] qui est également à la tête d’un Centre pilote en agriculture biologique de la ferme de Sainte-Marthe.

A côté de cela, Vandana Shiva a ouvert des « universités des grands-mères » pour conserver les connaissances agricoles de cette génération de femmes, la dernière à posséder ce savoir car, à cette époque, en Inde, les femmes s’occupaient de conserver les semences et de les reproduire.

Toutes ces initiatives s’attachent à rendre leur autonomie aux agriculteurs ainsi qu’à la sécurité alimentaire durable de la population, sécurité qui passe par le respect de la santé des agriculteurs et des consommateurs ainsi que de la terre et de l’environnement.

Perspectives futures [28]

Le consommateur a un rôle à jouer pour garantir sa sécurité alimentaire sur le long terme. En soutenant les initiatives de résistance à l’agriculture industrielle et à la confiscation du vivant. Francisco Whitaker, fondateur du forum social, insiste sur le pouvoir du consommateur qui peut s’exprimer de façon claire et nette par la voie du boycott. Il surestime peut-être ce pouvoir lorsqu’il affirme avec force que « le consommateur, c’est le patron » car, malheureusement, ces actions de boycott supposent, entre autres, une bonne information préalable ainsi qu’un pouvoir d’achat qui les permette.

Le message de ce film est cependant loin d’être utopique. Dans une déclaration récente [29], la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a elle-même reconnu que l’agriculture biologique est capable de nourrir tous les habitants de la planète en affirmant que « ces modèles suggèrent que l’agriculture biologique a le potentiel de satisfaire la demande alimentaire mondiale, tout comme l’agriculture conventionnelle d’aujourd’hui, mais avec un impact mineur sur l’environnement » [30].
Revenir à une empreinte écologique soutenable consiste à « revenir aux années 60, pas à l’âge de la pierre » [31]. Il suffirait de supprimer les délocalisations et de conserver toutes les étapes de la production [32] au niveau local.

Enfin, il serait également temps de revoir les notions actuelles de croissance et de rentabilité. La croissance est décortiquée de manière édifiante dans le film. Comme l’explique Devinder Sharma [33], plus on pollue, plus le PIB augmente (étant donné les échanges d’argent que cela induit). Est-il raisonnable de se baser sur un tel indicateur ?

Eponine Cynidès

Pour plus d’informations sur le film et sur ses intervenants : http://www.solutionslocales-lefilm.com/accueil

Notes

[3La pomme golden, par exemple, subit entre 30 et 36 traitements aux pesticides avant d’arriver dans notre assiette

[5Le catalogue officiel du GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences et Plants), voir note supra

[6Cette marchandisation du vivant est encadrée par l’UPOV (http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_pour_la_protection_des_obtentions_v%C3%A9g%C3%A9tales et http://www.semencespaysannes.org/upov_1991_-_controle_semences_politique_sous_121.php), une organisation intergouvernementale qui réglemente l’obtention des certificats de propriété sur les espèces végétales

[8L’ONU et la FAO alertent depuis plusieurs décennies sur la dégradation de nombreux sols tropicaux, avec notamment de graves phénomènes de désertification et de salinisation. La commission européenne estime que la dégradation des sols est devenue un problème grave en Europe, qui se pose avec une intensité variable selon les pays et régions et qui empire pour chacun des 25 pays de l’UE, en particulier en zone méditerranéenne (http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gression_et_d%C3%A9gradation_des_sols)

[9Pierre Rabhi, expert international en sécurité alimentaire et agroécologie, http://www.solutionslocales-lefilm.com/personnages/pierre-rabhi

[10A titre d’exemple, l’antenne indienne de l’association Kokopelli (http://www.kokopelli.asso.fr/kokopelli-planete/asie.html) utilise une mixture, baptisée, « panchakavia » (à base de bouse et urine de vache et lait, beurre et yaourt) pour éloigner les insectes ainsi qu’un mélange à base de gingembre, piment et ail

[11Voir supra

[12Protection qui passe par le repos de la terre mais également par des techniques simples de couverture du sol pendant l’été contre le dessèchement telles que le paillage pour retenir l’humidité, entre autres

[13Ana Primavesi, ingénieur agronome, docteur, professeur d’université en gestion des sols au Brésil

[16Exode des agriculteurs dans les bidonvilles et les ghettos des banlieues. Plus particulièrement, en Inde, une population de plus en plus nombreuse s’amoncelle dans les bidonvilles. Elle a aussi entraîné une destruction du tissu social

[17Les biocarburants utilisent des terres indispensables à la subsistance des fermiers

[18Les monocultures désertifient le sol (Ana Primavesi)

[19Le fondateur d’Agro-ecologica en Ukraine, le mouvement sans terre, etc...

[21Physicienne, épistémologue, docteur en philosophie des sciences, http://fr.wikipedia.org/wiki/Vandana_Shiva

[22Ce prix récompense les personnes et associations qui travaillent et recherchent des solutions pratiques et exemplaires aux défis les plus urgents du monde actuel, http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Nobel_alternatif

[24De l’agriculture paysanne et biologique

[25Voir supra

[26En France, l’association Kokopelli a été attaquée en justice par le lobby des semenciers et le GNIS ([Voir supra), ce qui n’empêche qu’elle compte des mairies françaises et de grands restaurants au nombre de ses clients. Une agriculture à deux vitesses ?

[27Docteur en sciences de l’environnement, http://www.solutionslocales-lefilm.com/personnages/philippe-desbrosses

[28NDR : entre le 30/10 et le 04/11, la conclusion de cet article était formulée différemment. Un peu de précipitation, nous a fait publier trop vite une version non finalisée.

[292007

[31Serge Latouche, Directeur du groupe de recherche en anthropologie, épistémologie et économie de la pauvreté, http://www.solutionslocales-lefilm.com/personnages/serge-latouche

[32Conditionnement, nettoyage, etc…

[33Ingénieur agronome, analyste des politiques alimentaires et commerciales, http://www.solutionslocales-lefilm.com/personnages/devinder-sharma

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0