Accueil > A propos de JIM > Notre Charte

Version imprimable de cet article Version imprimable

Notre Charte

vendredi 26 juin 2009

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [Español] [français] [Nederlands] [Português do Brasil]

Qui sommes-nous ?

JIM, c’est au départ la rencontre de six personnes. Des ami(e)s. Des camarades. Dans notre majorité, nous ne sommes pas journalistes professionnel(le)s. Certain(e)s sont enseignant(e)s, d’autres travaillent dans le secteur syndical, dans le privé ou sont sans emploi. Pour beaucoup, l’aventure journalistique est une première.
Cette aventure est née d’un constat et d’une inquiétude par rapport à l’état des médias : conformisme du discours, pauvreté de la réflexion et de l’analyse, complaisance envers le pouvoir et le système économique. Ce constat nous a conduit(e)s à imaginer et à nous investir dans un projet de site d’information.

Quel est notre projet ?

JIM est un site d’information indépendant, rigoureux, engagé et à vocation populaire.

Indépendant :

Face au conformisme médiatique, notre ambition est de proposer une autre approche de l’actualité : critique, refusant le diktat des idéologies dominantes, abordant des aspects et rapportant des événements ignorés ou tronqués dans les grands médias.
Afin de garantir cette indépendance intellectuelle, nous ne sommes financés ni par la publicité ni par un groupe (privé ou public) susceptible d’exercer une pression quant au contenu des articles et des reportages. Nous fonctionnons sur fonds propres. Les auteur(e)s qui participent au projet ne sont pas rémunéré(e)s.

Rigoureux :

En ce qui concerne la forme, la rigueur implique de citer, vérifier, multiplier et confronter nos sources, de rapporter fidèlement les témoignages et de respecter la vie privée.
Nous défendons également une approche de l’actualité fondée sur la rigueur scientifique –ou matérialisme scientifique- c’est-à-dire la combinaison de deux attitudes : s’intéresser aux faits matériels et adopter une méthode strictement scientifique. Ce positionnement entraîne le refus de tout argument relevant de l’imaginaire ou d’une interprétation spirituelle de l’histoire et de l’évolution du monde.
Notre définition de la rigueur s’inscrit également dans un esprit d’ « autodéfense intellectuelle » [1] face aux manipulations diverses que nous pouvons rencontrer dans les discours politiques, économiques, médiatiques ou autres, qu’elles soient d’ordre lexical (connotations, imprécisions, euphémismes...), rhétorique (arguments d’autorité, généralisations, faux dilemmes, confusion entre corrélation et causalité...), ou chiffré (sondages, graphiques...).

Engagé :

Avec d’abord cette mise au point. Le journalisme objectif est un mythe. Contrairement à une opinion largement admise et propagée, aucun média ne l’est. A côté des diverses influences et pressions qu’ils/elles peuvent subir dans le cadre de leur travail, les journalistes et leur hiérarchie sont également des acteurs et des actrices de la société. En tant que tel(le)s, ils/elles reproduisent volontairement ou non un certain nombre de valeurs et de discours. Que leurs valeurs soient conformes à l’idéologie dominante ne les rend absolument pas « objectif(ve)s ». Le choix d’un sujet, d’un titre, d’un angle, des sources, du lexique, des illustrations et bien sûr des commentaires impose une grille de lecture, influence directement les imaginaires et les prises de position.

L’objet de ce site n’est donc pas de prétendre à une objectivé impossible. Mais, et nous insistons sur ce point, il n’est pas question pour nous de travestir l’information. Bien au contraire, la rigueur et l’honnêteté intellectuelle sont au cœur de nos préoccupations (voir point précédent).
Nous assumons un regard engagé et critique de l’information.

Cet engagement ne se définit pas dans un cadre idéologique uniforme. Des visions politiques différentes se côtoient et se côtoieront au sein de JIM. Il n’est pas question de gommer les spécificités de chacun, mais bien de travailler ensemble sur base de principes qui font convergence et qui constituent le fondement de notre ligne éditoriale : égalité, liberté, solidarité, ouverture, écologie.

Par égalité, nous entendons le refus de toute forme de domination, d’exploitation ou de discrimination, qu’elle soit d’ordre économique, social (dont raciste, sexiste), nationaliste ou impérialiste.
Le principe d’égalité rime avec celui de liberté, qui se décline en liberté d’opinion, d’expression, d’association, de circulation, d’orientation amoureuse... Mais pas seulement. La liberté, c’est aussi le droit à l’émancipation et la possibilité de poser des choix de vie. Le concept de liberté est lié, notamment, au refus du dogmatisme et de l’autoritarisme, qu’ils soient religieux, politiques ou économiques.
La solidarité avec celles et ceux qui luttent pour l’égalité et la liberté s’inscrit logiquement dans la liste de nos préoccupations.
Ouverture : il s’agit pour nous d’être très vigilant(e)s par rapport aux pièges de l’ethnocentrisme (fait pour un peuple d’estimer sa manière de vivre, ses valeurs comme meilleures ou supérieures à celles des autres) qui se traduit « chez nous », en Europe, par une lecture occidentaliste de l’actualité.
La préoccupation écologique est très « tendance » depuis quelques années. On pourrait s’en réjouir. Mais l’analyse des discours économiques et politiques montre qu’il s’agit souvent de rassurer, pour ne pas le perdre, un consommateur ou un électeur inquiet, non de remettre en question le système productiviste qui engendre en grande partie la dégradation de l’environnement.

La défense de ces principes implique pour nous une critique globale du modèle capitaliste, intrinsèquement inégalitaire et violent, créateur de pauvreté et d’exclusion, malmenant l’éco-système, et pourtant présenté et imposé comme seul système « réaliste ». La propagande pro-capitaliste, omniprésente, s’emploie à jeter le discrédit sur les critiques - « d’un autre temps », « irréalistes » voire « dangereuses » - qui lui sont opposées, et entretient de la sorte au sein de la population un sentiment d’impuissance et de résignation. Celles et ceux qui s’y opposent malgré tout s’exposent souvent à une violente répression.

A vocation populaire :

Dans la perspective d’une diffusion la plus large possible, il est essentiel pour nous de proposer une information accessible au plus grand nombre. Les données scientifiques doivent pouvoir être vulgarisées de sorte que chacun(e) puisse les comprendre et, à son tour, s’en servir comme outil d’analyse, de critique et de lutte.

Rôle et modification de la charte

Les principes cités dans la présente charte fondent la ligne éditoriale de JIM. Ils constituent la référence obligée pour le Comité de Rédaction qui sélectionne les articles mis en ligne.
Ces principes sont fermes, ils ne peuvent être remis en question. Toutefois, ils peuvent être complétés ou précisés au fil du temps. Toute modification de la charte requiert l’unanimité des membres du Comité de Rédaction.

Notes

[1Référence au Petit cours d’autodéfense intellectuelle de Normand Baillargeon (Lux Éditeur, 2005, 2006), qui a lui-même emprunté l’expression à Noam Chomsky.

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0