Accueil > Numéros > Numéro 29 - Des pierres contre le mur > Bande dessinée de reportage : l’exemple de Joe Sacco

Version imprimable de cet article Version imprimable

Bande dessinée de reportage : l’exemple de Joe Sacco

mardi 25 juin 2013, par Morgan Di Salvia

Depuis une quinzaine d’années, la bande dessinée de reportage intéresse un public de plus en plus vaste, d’ailleurs pas forcément féru de BD. L’une de figures majeures du genre s’appelle Joe Sacco, et a consacré de nombreuses pages à la Palestine, à l’ex-Yougoslavie et plus récemment aux marginaux américains. Portrait.

Comme beaucoup d’auteurs, ce sont les lectures d’enfance qui plongent Joe Sacco dans le grand bain de la bande dessinée. Une passion pour le cartoon, révélée à l’enfance, qui ne le quittera plus. Curieux des événements qui font la marche du monde, le jeune homme s’inscrit dans la section journalisme de l’University of Oregon, après s’être frotté à l’activité de plumitif pour des organes locaux pendant son adolescence. Diplôme en poche, Sacco décide de s’appuyer sur sa méthode de journaliste dans des comics de reportage, joignant ainsi ses deux moyens d’expression favoris. Maltais de naissance, américain de fait, Joe Sacco bourlingue dans plusieurs pays, avant de se fixer dans les faubourgs de Los Angeles. Lorsqu’il entame au mitan des années 1980 son comics autobiographique « Yahoo », le désir de voyage et de reportage reprend le dessus sur son sédentarisme tout relatif. Il traverse l’Atlantique, séjourne un long moment en Europe, où il trouve matière à un récit en phase avec l’actualité brûlante : le conflit yougoslave en germe et – bientôt – la première Guerre du Golfe.

De fil en aiguille, la recherche documentaire et factuelle de Sacco pour parler de l’Irak l’amène à se rendre au Proche-Orient. Pour comprendre et décrire le conflit, il s’imprègne des pays qui en sont la clé de voûte : Israël et les territoires Palestiniens. De ces longs séjours, Joe Sacco tire une suite de bandes dessinées réunies sous le titre de « Palestine ». Les recueils font grand bruit (« Palestine : une nation occupée » en 1993 et « Palestine : dans la bande de Gaza » en 1996) et résonnent jusque dans la presse d’actualité. Depuis « Maus » de Art Spiegelman, jamais une bande dessinée n’avait connu pareil enthousiasme auprès des intellectuels. Ce faisant, Joe Sacco a posé les jalons d’un genre en lui-même le reportage d’actualité en bande dessinée. Dans l’histoire du comic book, d’autres avaient tracé la voie : Robert Crumb ou Gilbert Shelton, hérauts de la self made press des années 1970, racontaient déjà des histoires vraies. Mais Sacco y ajoute la rigueur, la méthode, l’engagement. C’est ainsi qu’au tournant du siècle, il devient le journaliste dessinateur dont les news magazines s’arrachent les travaux, comme ses reportages sur Gorazde et Sarajevo.

En 2001, lors de la préparation d’un reportage sur la bande de Gaza, Joe Sacco s’arrête sur une note de bas de page d’un rapport de l’ONU. Il est fait mention du massacre de 275 palestiniens par l’armée israélienne en 1956, lors de la crise du Canal de Suez. Événement oublié de l’histoire ou manipulation politique, Sacco veut éclaircir le mystère. Il revient à Gaza en 2003 et entame une enquête de longue haleine (elle durera six ans), pour finalement comprendre que le massacre de Kahn Younis est une triste réalité. Cette enquête est devenue un album de bande dessinée acclamé, « Gaza 1956, en marge de l’histoire », qui synthétise le style Sacco.

Un style fait d’empathie, de longs moments partagés avec les acteurs du reportage, un style qui ne prend pas la pose, car Joe Sacco est avant toute chose un témoin éclairé et engagé lorsqu’il se rend sur le terrain d’horreurs dont seuls les humains ont le secret.

Morgan Di Salvia

Bibliographie sélective :

  • Palestine : une nation occupée, Vertige Graphic, 1996
  • Palestine : dans la bande de Gaza, Vertige Graphic, 1996
  • Soba : une histoire de Bosnie, Rackam, 2000
  • Gorazde : la guerre en Bosnie orientale 1993-1995, Rackham, 2004
  • The fixer, une histoire de Sarajevo, Rackam, 2005
  • Derniers jours de guerre : Bosnie 1995-1996, Rackham, 2006
  • Gaza 1956, en marge de l’histoire, Futuropolis, 2010
  • Reportages, Futuropolis, 2011
  • Jours de destruction, jours de révolte, en collaboration avec Chris Hedges, Futuropolis, 2012
SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0