Accueil > A lire ! > Voies sans issues, lignes de fuite

Version imprimable de cet article Version imprimable

Voies sans issues, lignes de fuite

vendredi 6 mai 2011, par Fifi Brindacier

Ses lignes ne sont pas heureuses
Pas plus que courbes ou généreuses,
Elles n’offrent pas le réconfort
Qu’une femme donne de son corps
 
Ses lignes se devinent rugueuses,
Rigides et froides, fourbes et creuses,
Elles glacent les os et brûlent les peaux
Elles suspendent le temps en plein vol
 
Ses lignes ne sont pas crémeuses,
Elles sentent l’acide, le vitriol,
Elles dessinent une humanité
Stérilisée et décharnée
 
Par-delà l’odeur du déthol
Sont les senteurs couleur amiante
Qui maintiennent une moiteur ambiante
Et figent en silence l’attente
 
Ses lignes ne sont ni dynamiques,
ni élancées, ni aérées
Elles n’offrent au regard hébété
Qu’un vieux métal cru et rouillé
 
Elles réduisent d’un coup l’horizon,
A une radicale verticale
Elles sculptent et façonnent les ombres,
Les vissent, invisibles, aux cales
 
Ses lignes ne sont ni dorées
Ni faites d’argent ou de diamant
Elles sont enfer, enfermement
D’un fer statique, indélébile
 
Fabriquant l’oubli immobile
Annihilant printemps, été,
Ecrasant l’avenir au seul
Présent bâti de barbelés
SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0