Version imprimable de cet article Version imprimable

Justice de masse

samedi 16 avril 2011, par JIM

Dossier Mercure

Les familles des travailleurs décédés au travail suite à des expositions au mercure ont déjà été indemnisées par le groupe Solvay mais ce n’était pas assez. Le PDG du groupe a été démis de ses fonctions. Suite à la première audience du procès « Mercure », le Conseil d’Administration du géant chimique a démissionné en bloc après que le Ministère public a déclaré requalifier ces « décès » en homicides par défaut de précaution. On se rappellera que des dizaines de travailleurs, en Belgique ont été exposés à des émanations de mercure durant plusieurs années. Le groupe Solvay était au courant de la situation

Suites judiciaires à la grippe H1N1

Le groupe multinational GSK a « infiltré » le groupe d’experts ayant recommandé un achat massif de vaccins. En 2009, face à l’épidémie de grippe H1/N1, ces experts ont préconisé que le gouvernement achète un vaccin dont les critères répondent au produit GSK. Suivant en cela les jugements d’autres tribunaux européens, le tribunal du commerce de Nivelles a condamné GlaxoSmithKline Beecham à rembourser l’Etat belge, qui lui avait passé commande d’un million de doses. Commandées dans l’urgence, l’utilité et l’innocuité du vaccin avaient été remises en question par de nombreux spécialistes. Ce remboursement est également assorti d’une amende de 1€ par dose commandée au profit de la Sécurité sociale

Un commissaire de police condamné pour homicide volontaire, la Ministre de l’Intérieur inculpée.

Le commissaire de police Pieter Delmulle a été condamné aujourd’hui par la cour d’assises de Bruxelles pour assassinat. L’immunité parlementaire de la Ministre de l’Intérieur Anne-Marie Boomturtel a été levée peu après. Elle est également inculpée d’assassinat. On se souvient de ce sans-papier rapatrié de force vers la Turquie, Timour Üzbeglu. Ayant résisté deux fois à son expulsion, les policiers sur base des directives de leur commissaire ont alors appliqué la technique du saucissonnage : Timour Üzbeglu a été baillonné et son corps entravé par de multiples liens, notamment autour de la cage thoracique. Ceux-ci étaient tellement serrés qu’une de ses côtés s’est brisée, provoquant une hémorragie interne. Les policiers ont ignoré l’état de Timour Üzbeglu et il est décédé peu après. Le commissaire a été jugé responsable et condamné par le jury d’assises. Les deux policiers, non-conscients de la dangerosité de la technique, sont eux coupables de coups et blessures volontaires et de non-assistance à personne en danger. La technique du saucissonnage a été autorisée et recommandée par la Ministre de l’intérieur dans une circulaire interne. Les experts médicaux avaient pourtant dénoncé que cela entraînerait immanquablement des décès. La Ministre est passée outre leur avis.

Du vent que tout cela ! Ces dossiers sont inspirés de la réalité, mais leur conclusion est radicalement différente. Le manque de démocratie (au sens noble du terme) se traduit aussi par un manque de justice. Il est illusoire de croire que, dans sa globalité, la justice est au service du peuple. Que l’on soit victime d’exploitation au travail, de logements insalubres, d’entreprises qui réalisent leur bénéfices au détriment de la santé publique, de violences policières, de traite des êtres humains, de pollution de l’air et de l’eau, la loi est ainsi faite que trop souvent elle n’est appliquée que dans un seul sens, au bénéfice des patrons, des propriétaires, des policiers, des négriers. Au « mieux », les lampistes et autres sous-fifres seront poursuivis ou légèrement condamnés [1]. Au « pire », il n’y aura même pas de dépôt de plainte, chacun étant conscient de l’inutilité de la démarche.

Il y aurait bel et bien des travailleurs décédés suite à des expositions au mercure dans une usine du groupe. Solvay s’est à l’époque borné à déclarer prendre les mesures nécessaires. Le procès Semira Adamu auquel il est tacitement fait référence, n’a jamais abouti à une remise en question réelle de la « politique » d’expulsion, les responsabilités politiques n’ont pas été recherchées. Enfin, en ce qui concerne GSK, l’Etat belge a dû négocier l’annulation d’une partie des vaccins. Aucune faute n’a été reconnue dans le chef de GSK, de nombreux experts ont un lien avec l’industrie pharmaceutique, GSK s’était prémunie par contrat de toute responsabilité.

Pourtant, il y a des lois, une constitution, des traités internationaux contre le harcèlement moral, définissant le cadre de l’action policière, offrant protection aux victimes de traite des êtres humains, garantissant un environnement sain ou un logement. Il y a même un droit international et des résolutions des Nations Unies condamnant l’occupation israélienne. Est-ce un leurre ?

« Hein ? Justice ? » Ce sera le thème de ce mois-ci.

Le JIM

Notes

[1Ainsi dans le cadre de la mort de Semira Adamu, seuls les exécutants ont été condamnés à des peines légères.

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0